Non à l’expulsion d’Hidir !

Rassemblement samedi 7 janvier à 15 heures Place Pasteur en soutien à notre camarade Hidir !

Notre ami et camarade Hidir a été interpellé et placé en centre de rétention
pour être expulsé peu avant la nouvelle année 2017.

Kurde de Turquie opposant au régime d’Erdogan, Hidir avait fait une 
demande d’asile qui lui a été refusée. Il vit maintenant depuis plus de 10 ans
 en France et a eu à plusieurs reprises des promesses d’embauche. Hidir avait
lancé une procédure devant la Cour d’Appel pour demander sa régularisation
refusée par la Préfecture.

Sans attendre la convocation à la Cour d’Appel, Hidir risque maintenant
d’être expulsé vers la Turquie. Refusant son expulsion, Hidir a commencé
une grève de la faim au Centre de Rétention de Lyon où il se trouve 
actuellement.

Pour témoigner de notre solidarité, pour refuser cette expulsion et
demander un titre de  séjour pour Hidir, nous appelons à un rassemblement
samedi 7 janvier à 15 heures Place Pasteur.
Publicités

[URGENT] Rassemblement contre le fascisme et la répression en Turquie

RASSEMBLEMENT SAMEDI 5 NOVEMBRE A 15H PLACE PASTEUR

Halte au fascisme et à la répression en Turquie !

Depuis la mise en échec d’Erdogan et de son parti l’AKP aux élections de juin 2015, le gouvernement turc a décidé de mener une répression sanglante contre la population kurde et de criminaliser toute autre opposition (démocrates, syndicalistes, militant.e.s des droits des LGBT, défenseur.ses des droits de l’Homme, avocat.e.s, étudiant.e.s, universitaires, journalistes,…).
L’échec de la tentative de coup d’Etat du 15 juillet 2016 est devenu un prétexte pour la mise en œuvre d’une répression sans précédent et l’instauration d’un régime dictatorial en Turquie :
  • destitution de plusieurs dizaines de milliers de fonctionnaires, dont un grand nombre de syndicalistes, notamment dans la magistrature et l’éducation
  • fermeture de dizaines de médias d’oppositions
  • arrestation et mise en détention de centaines de journalistes, magistrats, étudiant.e.s, universitaires, syndicalistes…
  • assassinats d’opposant.e.s politiques
  • répression violente de toute manifestation d’opposition
  • rétablissement de la peine de mort soumis par Erdogan au parlement
Ce vendredi 4 novembre, la mise au ban de l’opposition a franchi un nouveau pas, avec l’arrestation de 11 députés du HDP, la principale organisation d’opposition progressiste, dont ses deux co-président.e.s Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag.
Face à l’urgence de la situation, la communauté internationale ne peut rester silencieuse et doit agir pour dénoncer la répression et protéger la population kurde et les démocrates turcs.
Nous apportons notre entière solidarité avec celles et ceux qui, en Turquie et au Kurdistan, résistent au fascisme et luttent pour la paix, pour une société égalitaire, libre et solidaire.

Rassemblement samedi 5 novembre, 15h place pasteur

Signataires :
Collectif Besançon Solidarité Kurdistan (Parti Communiste Français, Initiative Communiste Ouvrière, Fédération Anarchiste, Action Populaire, AMEB Solidaires Étudiant.e.s, Solidaires, Collectif Antifasciste de Besançon, MRAP, Union de la Jeunesse de Mésopotamie), Ensemble, Mouvement de la Paix

En réaction aux provocations et agressions de la part des nationalistes turcs à Besançon…

Menaces, intimidations et agressions contre le mouvement de solidarité avec les populations du Kurdistan à Besançon

Samedi 20 février, une quarantaine de personnes étaient rassemblées à Besançon à l’appel du collectif Besançon Solidarité Kurdistan, pour exprimer leur solidarité avec les populations des régions kurdes de Turquie, sous le feu de l’armée turque depuis plusieurs mois.

Elles entendaient plus particulièrement rendre hommage à la soixantaine de civils retrouvés brûlés vifs dans la ville de Cizre, bombardée et sous état de siège depuis plusieurs semaines.

L’atmosphère pacifiste de recueillement fut rapidement troublée par la présence provocatrice et menaçante d’une cinquantaine de militants pro AKP (parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie) et de l’extrême-droite turque.

Après avoir photographié les personnes rassemblées, multiplié les insultes et les provocations, ils ont agressé violemment plusieurs manifestants, ce qui a nécessité une intervention des forces de l’ordre.

Ce n’est pas la première fois que ce groupe s’en prend à Besançon à toute manifestation critique envers la politique de l’AKP en Turquie.

L’automne dernier, ils ont perturbé à deux reprises des conférences sur la situation dans le Rojava (Kurdistan syrien) et en Turquie, en obstruant les débats, en photographiant les participants contre leur consentement et en proférant des menaces physiques.

Une conférence d’un universitaire turc opposé à la politique d’Erdogan organisée par le Parti Communiste Français a dû être annulée suite à de nombreuses menaces proférées par ce même groupe.

Puis le 16 janvier dernier, ils avaient tenté de faire interdire un rassemblement dénonçant la répression des populations kurdes en Turquie. Ils furent alors appuyés par une campagne haineuse contre nous lancée par l’adjoint au maire à la sécurité de Thiais (94) M. Mourad Ghazli.

A chaque fois, ces campagnes s’accompagnent sur les réseaux sociaux de propos racistes à l’encontre des populations arméniennes et kurdes, antisémites et homophobes.

Le collectif Besançon Solidarité Kurdistan, constitué d’associations et d’organisations politiques et syndicales, réaffirme, contre ces provocations, sa solidarité envers les forces progressistes luttant contre les ennemis de l’humanité de Daesh, et envers toute la population de Turquie, au-delà des origines nationales, qui font face à la politique répressive de l’AKP au pouvoir.

Samedi / Dimanche 5-6 Mars – Weekend de solidarité à Besançon !


 

Programme de la journée de soutien de dimanche :

11h30 : exposition, table de presse

12h30 : repas

14h00 : projection du documentaire Ez Kurdim

15h00 : table-ronde avec Pascal Torre (auteur de « La question kurde ») et Nicolas Dessaux (association Solidarité Irak)

à partir de 18h00 : concert, danses traditionnelles kurdes et repas !

 

Ce dimanche sera l’occasion, pour toute personne intéressée par la question kurde, d’apprendre, de discuter mais aussi de passer une agréable journée, tous et toutes solidaires avec les luttes progressistes du peuple Kurde et du Moyen-Orient !


 

Tract du rassemblement de samedi :

SOLIDARITE AVEC LES LUTTES DES FEMMES AU KURDISTAN

Face aux fanatiques religieux et misogynes de Daesh, les femmes sont en première ligne dans la lutte. Ainsi, à Kobané, une ville majoritairement kurde situé au Rojava (Kurdistan syrien) à la frontière syro-turque, les combattantes des YPJ (Unité de défense des femmes) représentent 40% des forces progressistes kurdes.
Dans cette région, les avancées en matière de liberté et d’égalité mises en place suite au soulèvement contre la dictature de Bachar Al Assad ont été importantes : l’égalité entre les hommes et les femmes a été proclamée ainsi que l’équité entre tous les êtres humains sans discrimination liée à l’origine religieuse ou ethnique.
De plus, les femmes occupent des positions importantes dans la vie politique. Les trois cantons du Rojava, Kobani, Efrin et Cizîre, chacun dirigé par un parlement élu et doté de ses institutions propres, est co-présidé par une femme et un homme.
Face aux obscurantistes misogynes de Daesh, les femmes kurdes résistent, luttent et remportent des victoires, tant militaires que sociales. Elles sont devenues un espoir, un exemple et un symbole pour toutes celles qui se battent contre les régimes d’apartheid sexistes au Moyen Orient et dans le monde.
Les femmes du Kurdistan luttent pour l’égalité entre femmes et hommes face aux fanatiques de Daesh qui nient leurs libertés, les violent, les tuent, pratiquent l’esclavage sexuel, les vendent et les échangent comme butin de guerre.
Ailleurs au Moyen-Orient, les femmes sont aussi en première ligne contre les régimes réactionnaires, dictatoriaux, misogynes et anti-ouvriers. En Iran par exemple, que ce soit à Sanandaj ou à Téhéran, les femmes résistent contre le voile obligatoire et le régime réactionnaire des mollahs. Au Kurdistan d’Irak, les femmes participent aux luttes contre le régime corrompu de Barzani, comme les infirmières et les enseignantes en grève pour le paiement des salaires. A Bagdad et ailleurs, les femmes luttent contre les bandes terroristes
sectaires, pour l’égalité et la laïcité.
Leur lutte est universelle, elles luttent pour la liberté et l’égalité au nom de toutes les femmes !

Suite à la provocation de Monsieur Ghazli…

Communiqué du Comité Besançon Solidarité Kurdistan, 19 janvier 2016 :

Avant le rassemblement à Besançon du samedi 16 janvier contre la répression en Turquie, Monsieur Ghazli, adjoint au maire à la sécurité de la commune de Thiais (94) s’est permis d’appeler à l’interdiction de notre rassemblement.
Elu sur une liste d’union UDI-UMP, cet élu défend des positions nationalistes turques, n’hésitant pas à flirter avec le racisme à l’encontre des populations arménienne et kurde.

Alors que les fanatiques de Daesh ont une nouvelle fois fait couler le sang à Bamako, Jakarta et enlevé 400 civils à Deir Ezzor, notre solidarité va plus que jamais aux forces qui ont pu repousser ces ennemis de l’humanité en particulier l’YPG / YPJ. Or, ce sont ces mêmes forces que le régime d’Erdogan tente d’éradiquer dans les villes kurdes de Turquie, faisant au passage subir à l’ensemble de la population civile le poids de l’occupation militaire. Notre solidarité va également à toute la population de Turquie, au-delà des origines nationales, qui fait face à la dictature de l’AKP.

Nous appelons l’ensemble des personnes et organisations éprises de liberté et d’égalité à contacter la mairie de Thiais pour demander au nom de quoi un élu de cette commune se permet de demander l’interdiction d’un rassemblement à Besançon et de développer une  haineuse propagande nationaliste à l’encontre de celles et ceux qui défendent au Kurdistan, en Turquie et ailleurs le respect des droits humains.

Courrier à adresser à :

Monsieur Richard Dell’Agnola

Maire de Thiais

1 Rue Maurepas,

BP 141

94320 Thiais

Fax : 01 48 53 47 2

E-mail : contact@ville-thiais.fr

Tel : 01 48 92 42 01

Exemple de lettre type :

Monsieur le Maire,

Avant le rassemblement à Besançon du samedi 16 janvier contre la répression en Turquie, Monsieur Ghazli, adjoint au maire à la sécurité de la commune de Thiais (94) s’est permis d’appeler à l’interdiction de notre rassemblement.

Tout d’abord nous souhaiterions des explications : au nom de quoi un élu du Val-de-Marne se permet d’intervenir pour faire interdire une manifestation dans le Doubs ?

Nous soulignons aussi notre indignation face aux propos de cet élu qui, sur les réseaux sociaux, défend des positions nationalistes turcs qui flirtent avec le racisme à l’encontre des populations arméniennes et kurdes ou avec l’apologie de crimes commis par les terroristes fanatiques de Daesh.

En attente d’une réponse de votre part, veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sincères salutations.

Succès du rassemblement contre la répression en Turquie !

Ce samedi 16 janvier, plus de 150 personnes se sont rassemblées dans les rues de Besançon, à l’appel du collectif Besançon Solidarité Kurdistan, pour dénoncer la répression en Turquie et manifester notre solidarité avec la résistance du peuple kurde.

De nombreux slogans ont été scandés dans ce rassemblement coloré et déterminé, tel que « Daesh terroriste, Turquie complice », « Erdogan assassin », « à bas le régime fasciste en Turquie » ou encore « de Besançon à Kobané, la lutte antifasciste est internationale ».

Plusieurs prises de paroles ont été faites par le collectif afin de rappeler nos revendications :

  • L’arrêt de la répression et des massacres en Turquie,

  • L’arrêt de l’occupation militaire des villes du Kurdistan

  • Manifester notre soutien à toutes et tous les progressistes et révolutionnaires de Turquie, du Kurdistan et du Moyen-Orient qui luttent contre l’AKP et Daesh.

  • Obtenir le retrait du PKK de la liste des organisations terroristes.

Il a été rappelé aussi que si nous dénonçons la répression qui touche les militant.e.s progressistes en Turquie, il en va de même pour la répression qui s’abat en France à l’encontre des syndicalistes : un message de solidarité a ainsi été adressé aux 8 salarié.e.s de Goodyear qui viennent d’écoper de 24 mois de prison (dont 9 fermes) pour s’être opposés à la fermeture de leur usine.

Durant le rassemblement, une pétition à l’adresse des parlementaires du Doubs a largement circulé, afin que ces derniers agissent pour faire retirer le PKK de la liste des organisations terroristes et pour faire abroger l’accord de coopération policière signé entre la France et la Turquie (qui facilite l’extradition de militant.e.s kurdes réfugié.e.s en France).

Quelques trottant.e.s avaient installé un stand avec vente à prix libre de gâteaux, de café et de brochures antimilitaristes et sur le Kurdistan, dont les bénéfices seront reversés au collectif Besançon Solidarité Kurdistan : qu’ils et elles en soient remercié.e.s !

Si le succès de ce rassemblement nous réjouit, le collectif Besançon Solidarité Kurdistan tient cependant à dénoncer avec vigueur les pressions et les menaces qui ont circulé dans les réseaux nationalistes et d’extrême-droite qui soutiennent le régime d’Erdogan et de l’AKP en Turquie. Un élu, adjoint au maire de la ville de Thiais, Mourad Ghazli, a même fait une déclaration, largement reprises dans les milieux nationalistes, demandant l’interdiction des rassemblements de ce type et exigeant des poursuites contre leurs organisateurs. Le collectif Besançon Solidarité Kurdistan condamne fermement ces agissements et ces provocations. Ils ne font que renforcer notre détermination à manifester et agir en solidarité avec tou.te.s les progressistes qui luttent pour la liberté, l’égalité et la justice sociale en Turquie, au Kurdistan et dans tout le Moyen-Orient.

Vive la solidarité internationale !

 

Prochaines initiatives de solidarité des organisations membres du collectif :

  • conférence sur l’antimilitarisme en Turquie d’Aurélie Stern, organisée par la FA, samedi 23 janvier à la librairie l’Autodidacte
  • conférence sur la Turquie de Samim Akgönül, organisée par le PCF, vendredi 12 février, 20h salle Proudhon

 

Contact :

b-solidarite-kurdistan@riseup.net

06.76.16.78.89 / 06.23.13.86.27

 

Photos du rassemblement :

 

Appel au rassemblement du 16 Janvier

Solidarité avec la résistance du peuple kurde !

Depuis plusieurs mois, l’AKP au pouvoir en Turquie et son président Erdogan livrent une guerre sans merci au peuple kurde et contre les forces progressistes et révolutionnaires de Turquie.

De nombreuses villes et villages kurdes sont sous couvre-feu ; l’armée et la police utilisent de l’armement lourd pour venir à bout de la résistance des populations qui ne demande rien d’autre que la démocratie et l’autonomie locale. Le nombre de civil.e.s tué.e.s et les destructions augmentent chaque jour dans les villes de Diyarbakir, Silopi, Cirze, Nusaybin, Dargeçit, Silvan, Varto et d’autres.

Dans tout le pays, les manifestations d’opposition au régime fascisant de l’AKP (le parti au pouvoir) sont violemment réprimées ; des milliers de prisonnier.e.s politiques croupissent en prison, la presse est muselée, des journalistes sont emprisonné.e.s et récemment un magistrat kurde a été assassiné en pleine rue.

Pour l’État turc, les ennemis ne sont pas les terroristes de Daesh mais les Kurdes qui sont en première ligne pour les combattre et les défaire, comme à Kobané, Sinjar ou Tel Abyad. La complicité et les soutiens de la Turquie vis-à-vis de Daesh sont aujourd’hui établis, tandis qu’Erdogan envoie son armée et ses bombes contre celles et ceux qui combattent les terroristes : les organisations progressistes et révolutionnaires de Turquie, de Syrie et d’Irak, à commencer par le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan).

Malgré cela, ni la France, ni l’Union Européenne ne s’élèvent contre les multiples crimes et atteintes aux droits humains perpétrés par la Turquie, pays pourtant membre comme la France de l’OTAN et de la coalition militaire internationale en Syrie.

Au contraire, la France et l’Union Européenne maintiennent toujours le PKK sur la liste des organisations terroristes. Un accord de coopération policière signé en 2011 entre la France et la Turquie facilite même l’extradition de militant.e.s kurdes réfugié.e.s en France.

Pour : – l’arrêt des massacres en Turquie,

– affirmer notre solidarité avec la résistance du peuple kurde,

– manifester notre soutien à tou.te.s les progressistes et révolutionnaires qui luttent contre l’AKP et DAESH,

– obtenir le retrait du PKK de la liste des organisations terroristes,

le collectif Besançon Solidarité Kurdistan appelle à participer massivement au

RASSEMBLEMENT

SAMEDI 16 JANVIER A 15H

PLACE DU 8 SEPTEMBRE

Premiers signataires : Parti Communiste Français (PCF), Initiative Communiste Ouvrière (ICO), Fédération Anarchiste (FA), Action Populaire (AP), AMEB Solidaires Étudiant.e.s, Collectif Antifasciste de Besançon (CAB), Union de la Jeunesse de Mésopotamie (UJM), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) …